Réflexions autour des vannes

Aller en bas

Réflexions autour des vannes

Message par Patrick82 le Sam 18 Nov - 17:52

Bonjour à tous,

Non, on ne va pas parler ici des vannes de Kbio, dont lui seul à le secret, mais des vannes que l'on peut fabriquer pour nos tanks à gaz ou nos chaudières.

J'ai réalisé plusieurs vannes pour ma machine équipant le mississippi 1870. Deux pour le tank à gaz et une pour la chaudière. A chaque fois, j'ai eu le même problème à résoudre concernant l'étanchéité de ladite vanne. Prenons pour exemple la vanne suivante :



Les difficultés sont les suivantes :
- Garantir un fond plat au niveau au siège ou mieux un chanfrein inversé (D-bit),
- Garantir un bon état de surface et une bonne conicité au niveau du cône du pointeau
- Enfin et surtout, garantir une bonne concentricité entre le corps de la vanne et le pointeau.

Ce dernier point est, me semble-t-il, le plus difficile à assurer car sur nos vannes, le centrage se fait sur un filetage... et un filetage n'est pas forcément très précis, ni très concentrique au corps du pointeau...
=> La non concentricité du pointeau et du corps engendre donc une fuite car seule une partie du pointeau est en contact avec le siège. Et bien entendu pas question de serrer "à mort" le pointeau pour le faire dévier... le pointeau est trop rigide pour se déformer.

Il faut donc trouver une solution pour que, soit le pointeau se déforme et épouse le siège, soit le siège se déforme et épouse le pointeau. C'est la première solution que j'ai retenue pour mes vannes du tank à gaz. La partie filetée de mon pointeau est en laiton, au bout, j'ai inséré en force un cône en téflon. En serrant, le téflon se déforme, épouse le siège et assure ainsi une bonne étanchéité.



L'inconvénient de cette solution est cette "verrue" qu'il faut rajouter en bout d'axe, qui reste fragile et qui peut potentiellement rester coincée sur le siège...

J'ai testé pour vous, pas plus tard que cette après-midi, la deuxième solution. A savoir, le siège qui se déforme et qui épouse le pointeau. Voici donc ce que j'ai réalisé :



J'ai tout simplement re-percé le corps de ma vanne et soudé un tube en laiton en le faisant légèrement dépasser à l'intérieur. Auparavant, j'ai dressé l'extrémité du tube au tour afin de garantir un siège propre au pointeau. Il m'a suffit de serrer le pointeau un peu fort la première fois (mais à la main) et le tour était joué. Avec cette solution, plus besoin de s’embêter à faire un fond plat, c'est le tube qui s'en charge.

Enfin, pour des vannes qui sont utilisées en ouvert/fermé et qui n'ont pas vocation à régler un quelconque débit, je vous propose la vanne suivante :



On utilise une bille inox, à la manière d'une soupape de sécurité pour assurer l'étanchéité de la vanne. Il faut s'assurer que l'axe tournant ait une extrémité plate (pas d'empreinte de foret) pour appuyer sur la bille. En effet, on s'affranchit ainsi de la concentricité de l'axe avec le corps. La bille se placera d'elle même sur le siège. Cette vanne a été testée et approuvée par notre chez Paterson.

Voilà les quelques réflexions que j'ai voulu partager avec vous suite à mes essais...

A bientôt,
Patrick
avatar
Patrick82

Messages : 508
Date d'inscription : 14/11/2017
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions autour des vannes

Message par KBIO le Sam 18 Nov - 18:46

Hello!
Excellent ce petit rappel!
Je ne brase plus mes robinets, mais je mets un insert vissé 5x50 sur le flanc de la vanne. Et depuis ça ne fuit plus! La brasure doit déformer le siège et comme je suis un "usineur" de comptoir, je n'ai ni la technique, ni les outils pour faire du travail propre.

Un autre rappel:

:hello: Salut!
Comme tout un chacun qui fréquente cet excellent Forum le sait à présent; lorsqu’on utilise le soutirage du Butane liquide pour alimenter le bruleur, ce sont les premières secondes qui sont les plus délicates.
En effet, dés qu’on ouvre sur le bruleur, le butane liquide ne met pas longtemps pour l’atteindre, et transformer le tout en un lance flamme avec tous les risques d’accidents que cela comporte.
Certains, installent une ligne en phase gazeuse, en parallèle, pour pré-chauffer le bruleur avant d’ouvrir la vanne en phase liquide.
D’autres laissent le bruleur en veilleuse quelques instants avant d’ouvrir en grand sur un bruleur chaud.
Et moi? Moi! Je me prends pour moi! comme disait le Grand Jacques qui n’aura pas connu l’élévation spirituelle par le RAP!!
Traversant une  période de mysticisme aigu , invoquant les deux Saints auxquels je voue un culte des plus respectueux et sans borne, j’ai nommé:  St Estèphe et St Emilion, je les priais  de me fournir une solution différente et inédite, quand jaillit des circonvolutions embrumées de mon cerveau lent, une idée de génie dont je suis coutumier, et  qui sans froisser ma modestie intrinsèque , ni heurter votre sensibilité reptilienne, me parait des plus ingénieuses.
Encore! Oups! Je sais! C’est lourd , épais et vice versa! :nono:
Taquin mais fraternel, je m’empresse bien entendu, de la soumettre à votre cordiale sagacité sans faille. :jok:

Tout d’abord, il me faut dire que le corps supérieur de la vanne est percé à 2.5 mm . Les filetages étant de 3mm.
Le diamètre inférieur du pointeau est de 2.5 mm moins l’épaisseur d’un cheveux! C’est à dire qu’il coulisse juste dans le corps de vanne , laissant un interstice des plus restreints entre les deux.
Le pointeau est usiné à la lime en forme de longue pointe et polie à la toile émeri.

Dans le schéma N°1, le pointeau est vissé à fond et ferme sur le passage inférieur du liquide qui lui est percé à 1.5mm.
Dans le schéma N°2, on voit que le pointeau est juste ouvert, laissant le liquide rentrer dans la chambre inférieure de la vanne. Le liquide passe de façon très limitée entre le pointeau et le corps de vanne. Ce faisant, il débite doucement et n’a pas le temps de refroidir la conduite de gaz jusqu’au bruleur. Celui-ci s’enflamme raisonnablement et chauffe son bec.
Le temps de voir si tout va bien; on ouvre davantage , comme dans le schéma N° 3, et la finesse de la pointe aidant, quand elle passe devant la sortie vers le bruleur, elle permet de contrôler encore plus,  le débit du liquide.
Le bruleur est vite à température et on peut enfin, ouvrir en grand , laissant le détendeur gérer le débit déterminé pour la phase gazeuse.
Et voilà! Tout bête , tout simple! Mais efficace et fiable!
Qu’en pensez-vous?
Bien cordialement. 🍺



avatar
KBIO
Admin

Messages : 1031
Date d'inscription : 13/11/2017
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions autour des vannes

Message par Patrick82 le Sam 18 Nov - 18:48

Je connais ces schémas !! ;-)
avatar
Patrick82

Messages : 508
Date d'inscription : 14/11/2017
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réflexions autour des vannes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum