Phase liquide

Aller en bas

Phase liquide

Message par KBIO le Ven 17 Nov - 13:59

Mise en pratique de la phase liquide.

Voilà un moment que l'on parle de phase liquide et je voudrais ici, vous présenter différentes installations  utilisées par quelques uns de nos amis.
Certains ont abandonné, d'autres en sont des inconditionnels, aussi allons nous essayer d'y voir plus clair et nous permettre de nous faire notre propre opinion , et surtout de l'adapter à notre installation. Les installations sont différentes et chacun jugera , mais toutes sont opérationnelles.

D'abord, pourquoi utiliser la phase liquide ?
L'interet de ce principe est que le gaz piégé au dessus du liquide dans le tank se détendra beaucoup moins vite que s'il était soutiré pour alimenter un bruleur.
En effet chacun a pu noter que, tirer le gaz en phase gazeuse pour alimenter un bruleur avait pour effet de refroidir le tank du fait de la détente de ce gaz et , par conséquent de faire baisser la pression d'utilisation. Ceci, d'autant plus que le diamètre du gicleur est important.

Marcel nous a très bien expliqué la partie théorique de cette technique:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Il n'est pas nécessaire d'en rajouter mais d'en venir aux applications pratiques et de montrer différentes installations.


Il est fortement déconseillé de réchauffer le tank lui même.
Mais ça on en a déjà discuté , là : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Ceux qui aiment les calculs peuvent se référer aux cahiers de L.Suykens sur les gaz de pétrole.


Suivant les accessoires  de contrôle en service (vanne coupe-gaz, régulateur, détendeurs, ,.), il est aussi important de maitriser la température du gaz afin de ne pas exposer les membranes , joints et autres à des excès dans un sens comme dans l'autre.
L'installation d'un serpentin d'une certaine longueur avant ces accessoires permettra de ramener la température d'utilisation à la température ambiante sans contrainte sur les éléments de contrôle.

Chacun pourra choisir l'installation qu'il souhaite tout en gardant à l'esprit que la sécurité prime avant tout. Le gaz liquide qui s'enflamme au brûleur est assez impressionnant et peut même avoir des conséquences dramatiques .
Je  pense malgré tout que ce genre d'installation ne présente pas un grand intérêt pour des installations classiques qui emploient des brûleurs de capacité inférieure à 60 Gr/H. Voir explications de Rookie.
Tout d'abord, filtrer le gaz lors du remplissage. Ensuite le filtrer suivant la méthode classique du tamis, filtre en coton, ou alors celle du décanteur (R.Gradelet). Mais : il y aura toujours des mais …...et de l'entretien
Il n'y a pas de règle bien définie dans la construction d'un telle installation, et le bon sens en plus d'un minimum de connaissances et d'expérience suffit à élaborer un système performant.
Je vous propose quelques installations qui m'ont été communiquées par des  »Copains » !
Elles sont toutes opérationnelles et ont toutes leur propre intérêt.

L'installation de Christian (parue dans MRB)


Sortie du tank directement vers le serpentin de réchauffage autour du brûleur.  Entré dans le régulateur  (facultatif) pour sortie vers le brûleur. La plus simple.
Attention à ne pas enflammer le liquide dans le brûleur.

Installation de William.


Probablement le système qui convient le mieux aux gros débits.
Deux brûleurs de 540gr chacun plus  une veilleuse de 30gr/H alimentée en parallèle en phase gaz
Le gaz liquide sort du réservoir pour être dirigé sur le brûleur , autour duquel il se réchauffe , monte en pression et l'alimente . Le régulateur en contact avec le gaz liquide est à aiguille.
Une veilleuse montée en parallèle en phase gazeuse brûle en permanence.
Le contrôle de débit en phase liquide se règle manuellement par une vanne pointeau .
Une vanne coupe gaz  coupe l'alimentation du gaz en cas de pression trop basse dans la chaudière. On ouvre le by-pass pour une alimentation directe du brûleur jusqu'à ce que la pression dans la chaudière permette à la vanne coupe gaz de rester ouverte.
William utilise indifféremment le Butane ou le Propane par temps très froid.


L'installation de Robert.


Sortie en phase liquide vers un réchauffeur qui est constitué d'une spirale de cuivre de 2x3mm et de 8cm de long, installé dans la cheminée.
Le gaz sort réchauffé , en phase gazeuse et passe sur un filtre/décanteur à eau. Il est dirigé à grande vitesse sur la surface de l'eau et sort en face après s’être débarrassé de ses débris et autres impuretés.


Notez aussi que le gaz ne rentre pas en phase liquide dans de l'eau pour sortir en phase gazeuse. Ce qui aurait pour effet de geler l'eau dans l'entrée du récipient très rapidement.[/i]
Lorsque la pression est atteinte , le régulateur qui n'a pas de By-pass se coupe et empêche le gaz de passer (= tout ou rien). La veilleuse branchée en parallèle , est en phase gazeuse directement depuis le tank, et elle est allumée en permanence. Elle enflamme le brûleur dés que la pression baisse dans la chaudière.
Pas de mise en route des brûleurs en phase gazeuse , d'où précautions à prendre au départ afin d'éviter d'enflammer le liquide dans le brûleur.
Régulation du débit avec une vanne pointeau.
2H30 d'autonomie en marche.



L'installation de Jean Claude.


Allumage en phase gaz jusqu'à température optimum des brûleurs et passage sur alimentation phase liquide quand la température est atteinte.
Clapet anti-retour de sécurité ainsi que vanne coupe gaz RC en cas de problème. Celui-ci s'est avéré inutile et a été supprimé dans de nombreuses installations.

Le principe est basé sur le réchauffage de la phase liquide afin de monter en pression puis  de  contrôler cette pression  pour obtenir une flamme régulière et optimum
Le contrôle de la température permet de ne pas endommager les appareils de contrôle.
Grâce au détendeur, l'alimentation est continue à pression et débit constant.
Démarrage en phase gazeuse.


Chauffe du gaz et de l'eau de l'alimentation chaudière autour des brûleurs.


Vanne coupe gaz RC .Départ gaz phase liquide sur le bruleur et retour en phase gaz au travers d'un serpentin de refroidissement. Le gaz entre à température ambiante et haute pression dans les accessoires.
Démarrage en phase gazeuse.



Installation sans clapet anti-retour, autorisant une surpression dans le tank à gaz. Démarrage directement en phase liquide.


Dans tous les cas il y a un petit serpentin de refroidissement avant  l'entrée dans les accessoires  de contrôle et dans la vanne coupe gaz.

Dernières installations simplifiées de Yves:



Afin de ne pas débiter de liquide dès l'ouverture du réservoir, j'ai imaginé cette vanne qui donne de bons résultats en toute sécurité.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

1- Vanne fermée.
2- Vanne partiellement ouverte qui ne laisse passer que du gaz par l'infime annulaire entre le corps de vanne et le pointeau.
3- Vanne ouverte qui laisse passer le liquide. Seul le gicleur limite le débit mécaniquement.


Démonstration de passage phase gazeuse en phase liquide:





Ici, je voudrais ouvrir une parenthèse concernant l'utilisation de la vanne coupe gaz connectée sur la chaudière.. J'ai entendu dire ici et là , que cette vanne étaient nécessaire en cas de manque d'eau dans la chaudière. Elle couperait le gaz lorsque le niveau d'eau est trop bas.
Hors, tant qu'il y a un tant soit peu d'eau dans la chaudière, il y a de la vapeur , donc de la pression. Si on doit attendre qu'il n'y ait plus de pression dans la chaudière pour couper le gaz, ça fait un moment que la flamme lèche le conduit de fumée et les tubes bouilleurs , et avec d'autant plus d'énergie que le régulateur est ouvert à fond (s'il y en a un). Ce qui est mauvais pour la chaudière , c'est le bruleur qui chauffe le métal sec.
Je ne suis donc pas convaincu de l'utilité de cette vanne branchée sur la chaudière que j'ai laissé tomber. Je suis plus rassuré , et je la conseille vivement, avec une vanne coupe gaz RC qui présente bien d'autres avantages de confort et de sécurité.

Pour la petite histoire :Nos anciens (qui n'étaient pas bêtes) équipaient leur chaudières à charbon, d'un bouchon "fusible" en contact direct avec le foyer. En cas de température anormale le métal du bouchon fondait et le foyer était inondé de vapeur et du peu d'eau restant ce qui avait pour effet de l'éteindre immédiatement. C'est bon pour la chaudière à charbon de America, parce que nous avec le gaz..........


Il y a certainement d'autres installations en service, et le ré-chauffage de la phase liquide peut se faire au travers du dés-huileur comme de bien d'autres manières. L'important étant de garder en tête que du bon sens, et de la réflexion sont nécessaires pour éviter des accidents avec ce genre de chauffe.

Merci à Patrick pour l'aide apportée sur les schémas" />
avatar
KBIO

Messages : 1030
Date d'inscription : 13/11/2017
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum